burkina faso

Phase de recherche

Le partenaire du projet HIA4SD au Burkina Faso est Research Institute of Health Sciences (IRSS). En 2019, le projet a mené des discussions de groupe et des entretiens dans les communautés proches de trois grands projets d’exploitation aurifère dans les districts sanitaires de Houndé, Boromo et Kongoussi. Un large éventail de parties prenantes locales, y compris des représentants des mines, du secteur des soins de santé et des membres de la communauté ont été consultés pour comprendre les perceptions locales des impacts sur la santé. En outre, des entretiens avec les parties prenantes au niveau central au sein des ministères, des sociétés minières et des organisations de la société civile ont été menés afin de discuter des options politiques potentielles pour gérer les impacts sanitaires des projets miniers.

Les résultats de la première phase du projet HIA4SD ont été résumés dans une série de documents:

En outre, l’équipe du projet HIA4SD a produit une vidéo montrant des impressions du travail de terrain au Burkina Faso.

Dialogue politique

Atelier multi-acteurs à Ouagadougou

Un atelier multipartite s’est tenu à Ouagadougou le 30 juillet 2021. Un large éventail de participants de haut niveau issus du gouvernement, d’organes ministériels, de sociétés minières et du monde universitaire ont discuté de la manière dont la santé peut être promue dans les zones minières industrielles.

L’équipe du projet HIA4SD a profité de cette occasion pour présenter les résultats de la première phase du projet. Les présentations se sont concentrées sur les différents impacts des projets miniers sur la santé des communautés ainsi que sur les options politiques identifiées dans l’étude Q-method menée avec différentes parties prenantes du gouvernement, du secteur privé et de la société civile du Burkina Faso.

Les discussions fructueuses ont constitué une première étape pour initier le dialogue politique en cours au Burkina Faso. Dans un deuxième temps, l’équipe locale du projet retournera sur les différents sites miniers du Burkina Faso où les données ont été collectées. Là, les autorités et les communautés locales seront informées des résultats afin d’étendre et de poursuivre le dialogue au niveau local.

Les présentations de l’atelier peuvent être consultées ici

L’événement a été présenté à la télévision nationale.

Ateliers de restitution des résultats du projet HIA4SD au niveau local

Les ateliers ont eu lieu entre 18 et 23 Novembre 2021 à Houndé, Bagassi et Sabcé. Les participants étaient composés des représentants de la Mairie, des mines, du district sanitaire, des services de l’environnement, d’organisations de la société civile, d’associations et de la population. Chaque atelier a porté sur la présentation du projet HIA4SD, les résultats de la phase de recherche du projet HIA4SD et de la Q-study, et les prochaines étapes. En plus de ces présentations, la mairie de Houndé a fait une présentation sur les perspectives de développement sanitaire de Houndé, une discussion de groupe a permis d’apprécier les perspectives de développement local et les plaidoyers du district sanitaire à Bagassi et à Sabcé, les perspectives de développement sanitaire local sous forme de plaidoyer ont été présentées par le Médecin Chef du district sanitaire (MCD) de Kongoussi dont relève la commune de Sabcé sur le plan sanitaire. Les participants ont très bien apprécié de recevoir des résultats des études d’impacts des mines et ont remercié le projet HIA4SD pour les efforts de transparence.

Cliquez ici pour un rapport d’atelier plus détaillé.

Photo de groupe de la réunion à Sabcé

Renforcement des capacités

Le renforcement des capacités fait partie intégrante des activités du projet HIA4SD au Burkina Faso. Le premier cours sur l’EIS a eu lieu du 31 mai au 2 juin 2022 à Ouagadougou. Le cours visait à fournir une solide compréhension de l’EIS et à sensibiliser à ses potentiels pour promouvoir la santé et le bien-être. Outre des apports théoriques sur les différentes étapes de l’approche EIS, le cours comprenait des activités de groupe interactives, en mettant l’accent sur des études de cas spécifiques à chaque pays. Vingt-trois participants de diverses disciplines et professions ont pris part au cours, dont des représentants de plusieurs ministères, de l’industrie minière, de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) et d’institutions de recherche. Le fort engagement des participants pendant le cours est prometteur pour la promotion de l’EIS au Burkina Faso.

Cliquez ici pour le rapport complet de la formation.

Cliquez ici pour des informations détaillées sur les possibilités de formation.

Participants engagés pendant le cours EIS (photo de M. Pitroipa Alain Pascal)

Informations sur les partenaires/contacts locaux